CEMA Guillaumet

Adresse postale
290 rue Eugène Freyssinet – Actiparc de Grézan – 30034 Nîmes Cedex 1

Adresse du site
65 route du Mas Fléchier – Mas des Abeilles –  30000 Nîmes – Accéder au plan
04 66 04 70 10 –  cema.guillaumet@unapei30.fr

Directeur : Christian FOLCHER
Chef de service éducatif : Amandine DOU

 
Type de population accueillie et capacité d’accueil

Le CEMA Guillaumet accueille en journée 45 adultes handicapés. La déficience intellectuelle et/ou des troubles du psychisme caractérisent le public accueilli. L’âge moyen est de 35 ans (de 18 à 61 ans).

Les accueils sont organisés sur un temps plein ou partiel, à partir d’un contrat à durée déterminée ou indéterminée. Les accueils peuvent aussi être temporaires (90 jours/an).

A l’exception des personnes accueillies en foyer d’hébergement pour lesquelles le CEMA organise les transports, les autres doivent être autonomes pour leurs déplacements.

Objectifs
  • Aider la personne en situation de handicap à acquérir de l’autonomie dans son projet de vie professionnelle et sociale, dans son projet de retraite
  • Développer le sentiment d’appartenance à la société civile par des actions et activités d’utilité sociale
  • Développer du lien social au travers d’échanges valorisants avec de nombreux partenaires
  • Proposer aux personnes accueillies des expériences de vie innovantes et valorisantes
Activités et prestations proposées

Le CEMA propose un accompagnement individualisé, différencié au regard du potentiel et des besoins de chacun, suivant 3 offres de service.

Nous distinguons plusieurs types d’activités : le travail, l’utilité sociale, l’expression et la créativité, le bien-être et les loisirs. Soit 32 ateliers proposés.

La passerelle « insertion » permet à des personnes, ayant des capacités repérées, souhaitant intégrer un ESAT mais n’ayant pu y prétendre au sortir de l’IMPRO (Institut Médico-Professionnel), d’avoir une seconde chance. Nous les aidons à finaliser leur projet professionnel grâce à des apprentissages techniques et aux mises en stage ESAT et entreprise.

Le pôle « mobilisation » concerne des personnes pour lesquelles l’accès au travail n’est pas ou plus possible.
Les activités mobilisatrices proposées permettent de développer les capacités cognitives, créatives et d’expression. Les nombreux partenariats permettent de développer la citoyenneté et d’être acteur dans la cité.

La passerelle « équilibre » concerne les personnes âgées avec un vécu ou pas de travail protégé.
Nous avons un double objectif. Pour certains, avec un rythme très adapté, c’est le maintien des acquis et le bien-être. Pour d’autres c’est une préparation à la transition vers un lieu de retraite en gardant un pied en ESAT.

Histoire de l’établissement

L’autorisation de création reçue le 6 avril 1998, à Nîmes, permet au service d’Accueil de Jour – « Centre d’Evaluation et de Mobilisation des Aptitudes – Guillaumet » – d’assurer l’accueil de personnes handicapées n’ayant plus ou pas les capacités de travailler. Le CEMA Guillaumet ouvre ses portes le 2 juin 1998 pour accueillir 18 personnes, dont 6 étaient préalablement accueillies dans l’ATO (Atelier Thérapeutique Occupationnel) du foyer Le Tavernol à Garons et 6 travaillaient au CAT St Exupéry.

Tout d’abord accueillies à proximité du CAT St Exupéry sur l’Actiparc de Grézan, les personnes intègrent des locaux neufs au Mas des Abeilles en février 2003, avec une autorisation étendue à 45 places.

Dès son origine, bannir l’occupationnel est un engagement porté par le projet d’établissement du CEMA. Aucune activité ne doit être vécue comme un simple «passe-temps». Chaque activité proposée se doit d’être en lien avec l’environnement social, économique, culturel, sportif,…

Le projet d’établissement promeut l’ouverture et le partenariat, il permet ainsi aux personnes accueillies de se sentir utile aux autres et se sentir exister dans la société. 

 
Des actions qui font la différence

Préservant sa démarche partenariale et son ouverture, le CEMA Guillaumet impulse souvent de nouveaux projets en partenariat avec des tiers extérieurs.

Dans ce cadre, sa « Passerelle insertion », qui propose aux personnes accompagnées des mises en situation réelles de travail et notamment un atelier « Cuisine », a ainsi développé il y a plusieurs années un partenariat avec le Samu social de la Croix Rouge. Un projet qui allie cuisine et solidarité…

Télécharger la fiche au format .pdf

Identification d’un besoin

Quel est le constat qui a engendré ce projet ?
Les métiers de cuisine sont souvent exercés en ESAT, c’est un projet possible et attractif pour les jeunes personnes accompagnées sur la Passerelle Insertion. Parallèlement à cela, développer un partenariat avec le Samu Social permettait aux personnes accompagnées d’apporter leur aide, leur soutien à des populations fragilisés.

Qui était à l’initiative du projet ?
Christelle, monitrice éducatrice, a été à l’initiative de cet atelier, en partant de sa propre expérience professionnelle passée avec le Samu social, de sa passion pour l’art culinaire et de l’intérêt que ce métier pouvait apporter pour le devenir des personnes.

Réalisation de l’action

Comment le projet a-t-il été développé ?
Après une première rencontre avec les travailleurs sociaux et Madame Sandra ROSSI, directrice du Pôle social et de lutte contre les exclusions, un projet s’est concrétisé autour de la confection de sandwichs pour la maraude du soir. Le but est à la fois d’épauler les équipes de la Croix Rouge afin de proposer une cuisine plus élaborée, et de permettre aux futurs travailleurs d’ESAT de participer à une activité d’utilité sociale. L’intervention du CEMA dans les locaux de la Croix Rouge se produit deux fois par mois depuis environ 5 ans.
En 2018, compte tenu de l’implication des personnes accompagnées et de leurs désirs d’intervenir au plus près des bénéficiaires, elles ont participé à deux maraudes en soirée. Ces expériences, riches de sens, ont permis aux jeunes de rencontrer le public de la rue. Ils ont pu être dans une posture d’aide, où l’échange et l’écoute ont été au rendez-vous !

Combien de personnes accueillies sont concernées par cette action ?
Depuis sa mise en place, une trentaine de personnes accompagnées sur la Passerelle Insertion se sont impliquées dans cette action.

Bilan de l’action

Quel bilan tirez-vous de cette action, 5 ans après sa mise en oeuvre ?
Cette collaboration a prouvé l’intérêt de « créer la rencontre » entre médico-social et exclusion sociale, mais aussi entre publics et entre professionnels d’horizons différents et pourtant complémentaires.
Concrètement, elle a permis aux participants de travailler en équipe, de s’investir, de se mettre en position d’« aidant », de travailler leur capacité d’adaptation, l’enchainement de plusieurs consignes, etc. Aider l’autre à son tour permet de se construire parce que l’on passe de bénéficiaire à responsable. Cette rencontre a été aussi le vecteur d’autres projets à venir.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaiterait développer cette action ailleurs ?
Ce type d’activité s’adresse à des personnes ayant une réelle appétence pour l’accompagnement et le soutien de public en situation d’exclusion. La rencontre, le non juge-ment sont des bases indispensables. Il faut du temps pour se connaitre, pour clarifier les attentes de chacun, identifier les personnes ressources, proposer un cadre rassurant et repérant pour les jeunes… Cette temporalité a été essentielle, elle a permis d’affiner progressivement les objectifs. Chacun a pris du temps pour que cette rencontre s’inscrive dans la durée, dans une réelle dynamique, stable et rassurante pour tous !

Pour toute question sur ce projet, vous pouvez contacter Christelle LAGIER, Monitrice Éducatrice.