FAM Villaret Guiraudet

  375 route de Bagnols – 30100 Alès – Accéder au plan
  04 66 54 29 00 –   fam.villaret.guiraudet@unapei30.fr

Directrice : Séverine SENSIER
Adjointe de direction : Tiffany MAGNET

 
Type de population accueillie et capacité d’accueil

Le Foyer d’Accueil Médicalisé Villaret Guiraudet, d’une capacité de 30 places, est habilité à accueillir des personnes adultes des deux sexes qu’une association de handicaps intellectuels, moteurs ou sensoriels rendent incapables de se suffire à elles-mêmes dans les actes essentiels de l’existence, et tributaires d’une surveillance médicale et de soins constants.

Les 30 résidants ont le statut d’interne : ils sont domiciliés au FAM. L’établissement est ouvert 365j/an et se doit d’accueillir à tous moments les résidants.

Objectifs

• Prise en compte de la communication non verbale
• Donner du sens à la quotidienneté
• Proposer un accompagnement individualisé

Activités et prestations proposées

Le projet du foyer, par le travail des professionnels, reprend et décline au quotidien les valeurs retenues par l’association gestionnaire. Les interventions ont pour objectif un bien-être physique et psychique pour chaque personne en tenant compte de son histoire propre (antécédents médicaux et chirurgicaux, niveau de déficit intellectuel ou physique). Vivre dans cet établissement, c’est poursuivre sa vie en étant acteur de son parcours de vie, dans la mesure des possibilités de chacun. En effet, comme tous, la personne handicapée est toujours un être en devenir pouvant acquérir de plus en plus d’autonomie.

Les activités se déclinent en fonction des compétences, des besoins et des attentes des usagers. Des bilans pluridisciplinaires individuels ont permis de recueillir les besoins et les souhaits. Tous les encadrants sont sollicités pour animer des activités porteuses de sens.

Elles sont également animées par des professionnels venus de l’extérieur : musique, art thérapie, massages shiatsu, esthétique.

D’autres activités animées par les professionnels fleurissent au fil du temps et des envies comme la musique et le chant, la marche, le papotage autour des journaux, la cuisine, les histoires, les achats de vêtements, de parfums, le cinéma… Ces moments de plaisirs ne sont pas planifiés mais rythment également les journées et s’adaptent aux résidants, aux salariés présents, au temps, aux envies, aux saisons,…

Histoire de l’établissement

Lieu de vie et de partage pour personnes « extraordinaires ».

C’est sous l’impulsion des membres de l’association parentale alésienne, touchés personnellement par le polyhandicap (association de handicap mental profond et de handicap moteur) et après de nombreuses années de travail, que le foyer a ouvert ses portes le 15 février 1999.

Situé à Alès, capitale des Cévennes, le Foyer jouit d’une localisation idéale. Il est facilement accessible pour les familles qui peuvent s’y rendre tant en voiture que par bus. Le centre-ville se situe à moins d’une dizaine de minutes en voiture, ce qui permet aux résidants de pouvoir profiter des différents services médicaux, mais aussi des commerces, des restaurants, du théâtre…

L’architecture “en peigne”, située de plain-pied et structurée en unités de vie, est  pleinement utilisée par les résidents qui bénéficient d’une accessibilité optimale leur permettant de se déplacer librement dans le foyer puisqu’ils se trouvent CHEZ EUX. Le couloir est devenu le lieu stratégique de l’établissement : lieu de rencontre, de déplacement pour l’ensemble des habitants. Les salles sont toutes accessibles et la vie s’exporte au-delà des unités de vie.

 

Si le “vivre ensemble” dans la vie privée ou professionnelle n’est la plupart du temps qu’harmonie, bonheur et épanouissement, force est de constater qu’il peut parfois arriver que des conflits éclatent ou que des incompréhensions se cristallisent. Des tensions qui naissent généralement de la méconnaissance de l’Autre. Et quoi de mieux pour connaître et comprendre l’Autre, que de se mettre à sa place, ne serait-ce que l’espace d’une journée ?
Tiffany MAGNET, adjointe de direction au FAM Villaret-Guiraudet, nous présente ce projet qui sort de l’ordinaire…

Télécharger la fiche au format .pdf

Identification d’un besoin

Quel est le constat qui a engendré ce projet ?
Dans le cadre de la prévention des risques professionnels, nous menons depuis deux ans de manière continue une étude approfondie des postes de chacun. Cela nous a conduit à analyser à la fois le matériel à disposition, les produits utilisés, les interactions, les horaires… de chaque poste de l’établissement. Cette attention particulière nous a poussés à prendre en compte les contraintes et les difficultés de chacun, qui finissent par ne plus être relevées parce qu’elles sont intégrées, et deviennent “normales”. Par exemple : les sacs de linge sale trop remplis, qui ne tiennent plus compte du poids que la lingère doit soulever lorsqu’elle les ramasse ; les contraintes horaires du travail en internat ; la responsabilité de faire manger un résidant sujet aux fausses routes ; le dérangement quasi-incessant du poste d’accueil/secrétariat ; les accompagnements médicaux dans les hôpitaux ; la pénibilité du travail de nuit, etc. Nous postulons qu’une meilleure compréhension de l’Autre engendre une meilleure cohésion, et donc un meilleur accompagnement des résidants. Parallèlement, certains salariés envisagent, dans un avenir plus ou moins proche, une reconversion professionnelle. Nous offrons donc la possibilité à chacun d’avoir un aperçu d’un métier qu’ils souhaitent découvrir. A côté de cela, le quotidien en FAM est répétitif, la charge mentale et physique peut être lourde : nous avons besoin de ce genre de projets pour redynamiser la vie de tous les jours.

Réalisation de l’action

Comment le projet a-t-il été développé ?
En premier lieu, ce projet a été présenté à l’ensemble des salariés en réunion générale. Puis nous avons fait circuler un questionnaire à chacun, pour savoir quels seraient les postes qu’ils aimeraient découvrir (ou pas). L’idée était de créer des binômes d’un jour : une personne souhaitant découvrir le métier et une personne exerçant celui-ci, la première suivant la seconde durant une journée de travail classique. Nous avons ainsi pu constituer 56 binômes, étalés sur plusieurs mois, impliquant tous les corps de métier. Ces derniers mois, nous avons ainsi pu croiser une infirmière qui passait la tondeuse, un ouvrier d’entretien qui a fait des rondes de nuit, des éducateurs qui ont trié et repassé le linge, une lingère qui a accompagné des résidants sur une unité durant une matinée, etc. Cela crée une belle dynamique, et les salariés en parlent entre eux. On entend souvent suite à cela “Eh bien franchement, heureusement qu’il/elle est là !” ou bien “On se rend pas compte, tant qu’on l’a pas fait !”.

Combien de personnes accueillies sont concernées par cette action ?
Aucune directement compte tenu de leur handicap, mais cette expérience participe, de fait, à quelque chose de ludique qui les amuse, et contribue à une ambiance encore plus sereine.

Bilan de l’action

Quel bilan tirez-vous de cette action, 4 mois après sa mise en œuvre ?
C’est un bilan très positif ! Chaque participant, remplit un questionnaire à l’issue de l’expérience : les résultats font état d’une très bonne satisfaction, même si une journée leur paraît un peu “courte” pour tout découvrir. Globalement, les salariés ont aimé expliquer leur métier, et ceux qui étaient curieux d’en découvrir un sont prêts à renouveler l’expérience.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaiterait développer cette action ailleurs ?
De bien étudier les plannings avant de se lancer ! L’organisation de ces échanges est tout de même assez chronophage, puisqu’un salarié qui découvre un métier ne peut pas être en même temps à son poste, surtout dans un établissement de type FAM. Mais à l’arrivée c’est loin d’être une journée perdue, c’est un excellent investissement, et ça en vaut largement la peine. Certains ne se sont pas inscrits à cette première session, mais participeront sans doute à la deuxième lorsque nous renouvellerons l’expérience.

Pour toute question sur ce projet, vous pouvez contacter Tiffany MAGNET, Adjointe de direction du FAM Villaret-Guiraudet.